Nombre total de pages vues

mardi 31 janvier 2012

La valorisation et le respect des aspects environnementaux


Nous continuons ce blog en diffusant un article écrit par un partisan du port, fin connaisseur des ports. 

 La lecture du dossier du port montre l’effort important réalisé au cours de l’étude pour prendre en compte la sauvegarde de la flore et de la faune et les mesures prévues par la municipalité :

- Passation d’un marché pour un lot entier (le lot 4) consacré  à la plantation d’arbres. Mesure de protection de la zone humide pendant les travaux.
- Déplacement et réimplantation d’espèces protégées.
- Autres…


Selon le rapport ECNI de Juin 2009, la plaisance génère très peu de pollution pour différentes raisons:

La lutte contre la pollution est bien prise en compte dans le projet de port par la mise en place de la zone de carénage avec récupération des polluants, des pompes de récupération des eaux noires et grises et des eaux de cales.

La pollution par les hydrocarbures est faible lors des mouvements de bateaux qui ne durent que quelques minutes à la sortie et à l’entrée du port et qui se font à vitesse et puissance réduites.

la pollution par les eaux usées est pratiquement supprimée par la mise en place de caisses à eaux noires et de produits détergents biodégradables à 90% : il faut aussi considérer que le temps d’occupation des bateaux est quasi nul pour les petites embarcations et faible pour les unités plus importantes avec des propriétaires de plus en plus sensibilisés aux pollutions qu’ils peuvent occasionner.

- Il est possible, à travers l’exemple de la Rochelle et du port des Minimes certifié dans son intégralité ISO 14001, de réaliser maintenant des ports de plaisance respectueux de l’environnement.



8 commentaires:

  1. Il est certain qu'on pourra toujours faire plus en matière d'environnement, mais les mesures prises dans ce projet prouvent bien une volonté de respecter l'environnement

    RépondreSupprimer
  2. Si on écoutait les écolos on ne ferait plus rien, on avancerait pas, limite on reculerait. Il n'y aurait aucun développement économique, car chaque action de l'homme pollue un minimum. Il faut simplement faire en sorte d'en atténuer les effets, j'ai l'impression que c'est ce que fait ce projet

    RépondreSupprimer
  3. bretignolles veut la vérité31 janvier 2012 à 07:48

    Du reste les commissaires enquêteurs précisent bien page 15 des conclusions de l'impact environnemental : "un maximun de précautions semblent vouloir être prises par le Maitre d'ouvrage". il faut juste déplorer que les commissaires n'en tiennent pas compte. Comme à leur habitude ils veulent toujours faire peur en ajoutant : "le risque zéro n'existe pas".
    Je suis surpris qu'ils n'aient pas considéré la fin du monde en 2012...

    RépondreSupprimer
  4. Sur la plaquette du port téléchargeable sur le site de la Marie (lien « le projet finalisé »), il est écrit : « Ce sera le premier port réalisé en France suivant la norme HQE (Haute Qualité Environnementale). L’exploitation du port a été imaginée en tenant compte des normes environnementales les plus strictes … Le port de plaisance de Brétignolles sera certifié port propre ». Comment peut-on affirmer cela ? Qui délivre cette certification et selon quels critères ?

    RépondreSupprimer
  5. Nous sommes d'accord sur le fait que le probleme de ce projet n'est pas particulièrement la pollution crée par l'activité plaisance elle meme. Le probleme du projet, c'est bien le port, ses travaux, ses infrastructures, l'artificialisation du milieu qui en découle et ses conséquences à court, moyen ou long terme sur les environnements voisins. Vous citez le rapport de l'ECNI (confédération européenne des industries du nautisme, dont, hormis promouvoir une pratique de la plaisance plus respectueuse de l'environnement, un des buts est tout de même de faire du lobbying auprès de la commission de Bruxelles); ce rapport évalue l'impact de la plaisance sur le milieu marin comme faible (tant mieux) mais traite le problème des ports dans un autre chapitre, sous un angle beaucoup plus critique et vous oubliez de préciser qu'il stipule également que des solutions autres que la construction de nouveaux ports doivent maintenant être envisagées; je cite p.55 : "En Europe, de nombreuses alternatives respectueuses de l’environnement existent pour répondre au besoin urgent de places
    en évitant la création de nouveaux ports de plaisance. On peut citer à titre d’exemple :
    - Ports au sec et parcs à bateaux,
    - Reclassification de ports commerciaux et de pêche existants en ports de plaisance,
    - Extensions de ports de plaisance existants,
    - Gestion rationalisée du port de plaisance,
    - Gestion plus efficace et durable de l’amarrage."
    Ce n'est pas moi qui le prétend, mais bel et bien les représentants de l'industrie nautique européenne !
    En bref, toutes les solutions également mises en avant par le gouvernement au titre des appels à projets de ports exemplaires, dont Brétignolles n'a jamais fait partie...
    Bonne réflexion et à bientot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-François Dion1 février 2012 à 01:12

      Aucune de ces mesures n'est applicable à Brétignolles sur Mer, sauf éventuellement un port à sec , mais qui n'est pas une réponse adéquate pour les propriétaires de voiliers comme le mien et qui n’apporte strictement aucune activité supplémentaire à la commune. Un port à sec n'attirera jamais de visiteurs (y compris les plaisanciers Allemands , Anglais , Belges , Hollandais , Espagnols). C'est véritablement un autre concept et on peut d’ailleurs s’interroger sur sa véritable utilité : les bateaux concernés par ce type de port sont majoritairement de petites unités à moteurs , propriétés de personnes disposant de plus de temps libre, et qui sortent le plus en mer (pêche, promenade à la journée). Il faudrait commencer par demander à ces propriétaires si ce concept les intéresse réellement parce que je reste persuadé que la majorité des propriétaires préfère voir leur bateau à l'endroit pour lequel il a été conçu : dans l'eau. Pour subir cette contrainte tous les ans depuis bientôt 7 ans , je peux vous affirmer que stocker un bateau comme le mien hors de l'eau sur un parc à sec est la source d'ennuis que je n'ai jamais connus avant, quand je pouvais bénéficier d'une place à flot à Pornic . Je ne prends même pas en compte l'impossibilité de profiter de son bateau en dehors des vacances à cause du coût et du temps de manutention à chaque mise à l'eau.

      Supprimer
    2. M Dion, je comprend votre argumentation et je la respecte, car je conçois que cette question de commodité dans la pratique de votre activité soit primordiale; ma réaction avait pour but de montrer que ce rapport utilisé par les auteurs de ce blog est très critique vis à vis d'éventuels projets de construction "ex-nihilo" et que cette information ne doit pas être occultée; les fédérations des industries nautiques si elles sont pretes à soutenir des projets innovants, ne tiennent pas à voir leurs activités liées à des projets pouvant détruire ou endommager l'environnement. Nous ne parlons pas ici de dangereux écologistes mais bien de représentants de l'industrie...

      Supprimer
  6. Oui il y a plein d'alternative possible, notamment un port à sec, mais n'oubliez pas que l'un des objectif premier de la commune était aussi de créer un endroit conviviale, de ballade, permettant de dynamiser la ville aussi hors saison pour les bretignollais et non pas pour les touristes. Alors un port à sec est certe moins cher, mais très moche, avec une sortie à la mer plus lente

    RépondreSupprimer