Nombre total de pages vues

samedi 28 janvier 2012

La mer à la campagne !

Ce slogan qui est remis en cause dans l’enquête d’utilité publique (page 9) trouve là une belle illustration. Où étaient les opposants d'aujourd'hui quand les projets « Ferinel », ou ici du « Camping des Dunes », ont vu le jour. Sans doute étaient-ils alors du côté des partisans. Ce n’est un secret pour personne.

Camping des Dunes

Chacun appréciera la dimension environnementale de ces ouvrages. Pas une molaire de mammouth ne sera venue perturber ces belles réalisations, et on voudrait nous faire croire que cet animal préhistorique aurait choisi le lit de la rivière de la Normandelière pour mourir.

Que dire de la belle balade en vélo qui longe ce camping ? Pour les Brétignollais qui veulent profiter des pistes cyclables de la forêt d’Olonne voisine, c’est un passage incontournable. Ils sauront vous dire à quel point ce passage est « sûr et agréable » ... !

Le projet du port prévoit la réalisation d’une piste cyclable fort décriée dans les rapports de la commission d’enquête. En effet, le projet propose 1,5 km de piste complémentaire pour contourner le port. Consternant n’est-ce pas ? Au parcours dominical des amoureux de la marche et du vélo viendra s’ajouter 1,5 km « d’effort ». Par avance nos excuses à nos amis sportifs !

Elle ne sera pas belle la balade ?


13 commentaires:

  1. bretignolles veut la vérité28 janvier 2012 à 05:32

    un grand merci pour ces évidences! Peut on me dire combien de personnes viennent peupler le coin des dunes l'été?
    Toutes ces belles installations au sein du camping afin que le vacancier n'en sorte pas. Ce serait dommage c'est vrai de faire profiter le reste de Brétignolles! Ne serait ce pas là une fracture Nord sud?
    Les restaurants des dunes c'est vrai aussi tournent à plein en hiver.....
    La piscine est mise à disposition pour les brétignollais c'est sûr !
    Que de belles réalisations faites par Mr l'ancien Maire pour l'intérêt général sans doute pas du tout pour l'intérêt personnel.....
    Oh, pardon je suis injuste, il a réalisé l'école de voile car il savait qu'il s'agissait d'un site dangereux!
    c'est tellement dangereux qu'il parque ces estivants dans des barraquements très paysagés du reste: en témoigne la photo.

    RépondreSupprimer
  2. Une brétignollaise parmi d'autres28 janvier 2012 à 07:04

    C'est vrai que pour des amoureux et des défenseurs de la nature les partisans d'hier et les quelques opposants d'aujourd'hui ont su préserver et mettre en valeur le sud de notre commune! En témoigne ce si beau cliché aérien du camping en bordure de dune... On peut effectivement remarquer le côté très paysagé du site qui se rapprocherait plutôt du terme "L'usine à la mer" ! Quant au chemin qui le longe, laissez-moi dire qu'il n'a absolument rien de pittoresque...
    N'oublions pas non plus que, dans un passé assez récent, ceux-là même étaient prêts à sacrifier aussi les dunes de la Sauzaie ou encore le site de la Gachère, plus grave pour ce dernier c'est toujours dans la tête de quelques-uns !!!

    RépondreSupprimer
  3. Cela le Chabot pur sucre.
    Il est contre les campings qui amènent une clientèle de basse qualité. Au lieu de 10000 clients il n'y en aura pas plus de 1000 et encore, puisque 75% sont du bassin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la question est environnementale, pas sur le "type" de clientèle.
      La commune est riche de ses campings, c'est juste l'implantation de celui ci qui me fait doucement rire "jaune", quand j'entends son propriétaire nous donner des leçons de développement durable.

      D'ailleurs plutôt que de critiquer Ch. CHABOT comme propriétaire terrien, peut on parler du Chatelain de Beaumarchais? et de brem et de.....

      Supprimer
  4. Cher Jacques, mais quand arrêterez-vous tous ces amalgames entre projet de port, campings, clientèle et Mr Chabot. Dès le moment où vous cesserez d'être hanté par ce dernier, je suis sûre que votre réflexion sera plus juste.
    Pour vous aider, je vous rappelle que notre belle commune vit notamment grâce au tourisme et ce, quelque soit le "type de clientèle", qu'il soit issu des campings, des hôtels, des locations ou simplement de passage. De cela, je suis sûre que Mr CHABOT partage cet avis.
    Pour ce qui est de ne plus souhaiter l'implantation de nouveaux campings ou de programmes immobiliers, c'est bien parce que notre commune détient son quota. De cela je suis entièrement satisfaite et encourage notre municipalité à maintenir ce cap. Mais peut-être que vous, vous avez des intérêts ou des projets pour un nouveau camping à titre personnel !!!
    Quant aux 1000 clients qui profiteraient du port, je me dois de vous dire qu'un port de plaisance draine beaucoup plus que 1000 personnes. Songez que ceux qui utilisent le port ne sont pas seulement ceux qui ont un anneau. Il faut pensez à tous ceux qui enfin pourront rallier les ports bretons en venant du sud et vice et versa…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C"est beau de rêver comme cela. Un port de plaisance si c'est comme aux sables ou à Saint Gilles ce sont des pontons déserts fermés par des digit-codes. Quand à la halte ils iront dans les ports cités ci-dessus car plus facile d’accès. Viser entre deux tas de rochers travers à la houle n'est pas l'apanage de tous les marins.

      Supprimer
  5. Les plaisanciers venant du sud (d'ou ?) n'ont pas besoin de port à brétignolles pour rallier les ports bretons, car, si tant est qu'ils respectent la legislation, leur navires doivent leur permettre de parcourir plus de 6 miles; les autres (homologués - de 6 miles d'un abri), se heureront quand même à d'autres zones légalement infranchissables avant d'arriver en Bretagne (entre St Hilaire et Fromentine pour commencer)...
    Pour les auteurs de ce blog; je comprend bien votre argumentaire du jour, mais sous prétexte que des erreurs aient été commises, vous revendiquez donc le droit d'en faire vous même ? Etrange raisonnement. A l'heure ou beaucoup se demandent quelle planete nous legueront à nos enfants, vous enfoncez le clou en disant, continuons à détruire, nous ne serons plus là de toute façon pour en payer les conséquences... Cela ne me satisfait pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-François Dion1 février 2012 à 07:56

      La réglementation a été modifiée et il n'existe plus d'embarcation homologuées pour plus ou moins de 6 milles:
      les bateaux sont classés en fonction de quatre catégories A, B ,C et D en fonction de leur capacité à résister à des vagues de hauteurs et à des vent de forces variables (la catégorie A étant la plus robuste: pas de limite de vagues ou de force de vent, et la catégorie D la plus limitée : vent inférieur à force 4 et vagues inférieures à 0.5m ). Ensuite il y a l'armement du navire (type de radeau de survie, fusées etc...) qui permet ou pas de s'éloigner de plus de 6 milles des cotes. Pour les bateaux à moteurs , le permis soit côtier soit l'extension hauturière permet ou ne permet pas de s'éloigner à plus de 6 milles des cotes mais ne concerne pas les skippers de voiliers. Enfin la réglementation ayant modifié la notion d'abri vous pourrez constater en lisant "Le Livre de Bord" spécialement édité pour la navigation à moins de 6 milles d'un abri que vous pouvez aller partout de l'Espagne au pas de Calais en navigation côtière.

      Supprimer
    2. C'était bien pour celà que je mettais en avant le peu de valeur de l'argument des partisans et du porteur du projet (repris par un commentateur anonyme un peu plus haut), qui consistait à dire que le port est indispensable pour les petits navires dont la catégorie d'armement ne permet pas de s'éloigner à + de 6 miles d'un abri, n'est pas recevable dans le cas de brétignolles...

      Supprimer
  6. il faut prendre conscience que les ports de saint gilles et des sables sont saturés, alors même si les plaisanciers voudraient faire des escales dans ces ports, cela devient de plus en plus difficile

    RépondreSupprimer
  7. la ballade en vélo ou à pied pourrait vraiment etre sympas avec ce port. c'est vrai que ça coupera la plage et on devra faire un grand détour, mais il n'y a pas de possibilité de mettre une passerelle?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une passerelle est inenvisageable, car obligation d'être haute pour que les bateaux puisse passer en dessous, sans compter les normes handicapés qui impliquent soit un plan incliné d'une longueur énorme, soit ascenseur... Il s'agirait donc d'un ouvrage très important et au niveau esthétique pas des plus heureux.(hauteur 10 ou 15 m). Il sera sans doute plutôt envisageable de prévoir un système type BAC élctrique par exemple. Il en a été question lors de la réunion publique.

      Supprimer
  8. A mon avis des modifications seront possibles, avec la mise en place d'une passerelle par exemple. Comme ça tout le monde serait content, on pourrait passer directement sur l'autre rive sans passer par le port, ou alors prendre le port et se faire une ballade sympathique avec les bateaux et la nature.

    RépondreSupprimer